18 février 2008

Municipale et politique mediatico-sécuritaire

Opération de communication sécuritaire à Villiers-le-Bel à trois semaines des élections. Sarkozy essaye désespérément de reprendre la main. Le gouvernement souhaite-t-il un nouvel embrasement ? Les faits :


L’opération est avant tout médiatique avant d’être judiciaire. En effet, comme cela avait déjà été le cas après des agressions de policiers aux Tarterêts et aux Mureaux en 2006, dès 5 H 45, les voitures banalisées qui tournent au ralenti dans les rues ne sont pas des véhicules de police mais celles de journalistes ; Des dizaines de reporters - télés, radios, presse écrite - patrouillaient pour assister aux interpellations.

sarkopolicewl8

Merci à Laurent et Sarkostique

Elle est médiatique ensuite par le déploiement de force exceptionnel - "je n'ai jamais vu une opération de police de cette envergure", a commenté, sur place, la procureure de Pontoise Marie-Thérèse de Givry -, alors que l’opération visait à interpeller seulement 39 personnes recherchées dans le cadre de trois informations judiciaires ouvertes pour "tentatives d'homicides volontaires" ainsi que pour "incendies volontaires". La ministre de l’intrieur en rajoute elle aussi "Je félicite les forces de l'ordre pour cette opération bien menée dans le calme et très réussie." Plusieurs brigades de recherche et d'intervention (BRI, l'ancienne "anti-gang") dépendant de la police judiciaire de Paris, de Versailles et même de Lille ont ainsi été engagées, huit compagnies de CRS, des compagnies de sécurité publique et une centaine d'hommes du RAID, soit la quasi totalité des effectifs des troupes d'élite de la police. Quatre PC ont été ouverts.

Cette opération est médiatique car depuis les événements, pas un discours prononcé devant les forces de l'ordre qui ne fasse référence à ces derniers. Le 29 novembre 2007, face à 1 800 policiers et gendarmes réunis à la Grande Arche de la Défense, Nicolas Sarkozy avait promis de trouver les auteurs "un par un" et pour eux, avait-il affirmé, "ce sera la cour d'assises. Les forces de police auront les moyens qu'il faut, le temps qu'il faut".

Cette opération est médiatique car pour la première fois, début décembre, la police avait lancé un appel à témoins, anonyme, contre une rémunération à hauteur de "plusieurs milliers d'euros". Des écoutes de téléphones portables avaient également été mises en place.

François Bayrou, interrogé au même moment sur Europe 1, a immédiatement condamné la méthode " J'ai toujours considéré que la justice ne devait pas s'accompagner d'une mise en scène. La justice, c'est fait pour obtenir l'arrestation et moins pour faire de la communication".

Un facteur de tension supplémentaire s'est ajouté en début d'après-midi, avec l'interpellation d'un frère d’un des deux adolescents morts alors que les juges d'instruction ne l'avaient pas mis dans la liste des personnes visées par les arrestations du matin : "Il y a en a marre maintenant. Ils m'ont déjà tué mon fils", a ajouté le père et des sources dans le quartier s'inquétaient des conséquences de cette interpellation sur les jeunes. "Cela intervient lorsque la famille est en deuil. Ils savent que cela va faire monter la tension", notait Ali Soumaré, porte-parole des familles des victimes. Dans Villiers-le-Bel, en début d'après-midi, de nombreux véhicules des forces de l'ordre continuaient de patrouiller. Que cherche le gouvernement ?

Par ailleurs, on attend toujours les conclusions de l’enquête !

Posté par Droite Moderne à 21:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Municipale et politique mediatico-sécuritaire

    Cherche la merde ? Où à faire la seule chose pour quoi est censé etre balèze sarkoléon : la répression, pour remonter dans les sondages qui depuis qu'ils lui sont défavorables ne sont plus si importants...

    Posté par goro, 19 février 2008 à 22:46 | | Répondre
  • thanks

    thanks

    Posté par louboutin boots, 26 mai 2010 à 03:01 | | Répondre
Nouveau commentaire