27 janvier 2008

Le président du pouvoir d’achat encore pris en défaut

Alors que le taux du livret A devait passer à 4%, le gouvernement limite le taux à 3,5%. Encore une mesure en faveur du pouvoir d’achat des classes populaires ! Encore une mesure qui va renforcer la confiance des français dans la parole des politiques.


En août 2004, le gouvernement et le ministre des finances, un certain Sarkozy, décide de mettre en place une formule automatique de calcul du taux du Livret A. Cette mesure devait, selon La Tribune, permettre à "l’épargne populaire d"échapper désormais à l’influence du pouvoir politique."

Aujourd’hui que le même Sarkozy et Président de la république, défenseur du pouvoir d’achat, le gouvernement fait fi de la parole de l’Etat et décide vu les "circonstances exceptionnelles" de limiter la hausse du taux à 3,5% au lieu des 4% de la formule. Même quand une décision dépend de lui, le gouvernement arbitre contre le pouvoir d’achat !

Toutefois, le gouvernement c’était abrité derrière un argument social : les 4% auraient "pénalisé le financement du logemet social." Manque de chance, certains économistes pensaient le contraire "une rémunération accrue aurait pu drainer des fonds supplémentaires vers le logement social."

Avec cette décision, notre omniprésident montre qu’il trompe les français : il revient sur la parole de l'Etat et montre, une nouvelle fois, le peu de cas qu'il fait de pouvoir d'achat. Vive omnimenteur !

Posté par Droite Moderne à 19:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Le président du pouvoir d’achat encore pris en défaut

Nouveau commentaire