Nicolas Sarkozy n’a jamais caché son atlantisme, aujourd’hui nous commençons à en voir les premiers effets. Danger !

Alors que toutes les analyses démontrent l’échec de la politique américaine tant en Afghanistan qu’en Irak ou en Palestine, la France prend le chemin inverse de nos partenaires Européens en apportant son soutien à cette politique. Nous avons renforcé notre participation à la guerre d’Afghanistan, en juillet Bernard Kouchner, notre ministre des affaires étrangères, posé la question aux Américains « que pouvons nous faire pour vous aider en Irak » et maintenant nous faisons la même chose pour l’Iran.

Concernant l’Iran, le président a pris, en accord avec les américains, la décision de se passer de l’ONU pour les sanctions contre l’Iran. Kouchner-la-Guerre est allé un pas plus loin en évoquant une option guerrière (voir l’analyse : Kouchner-la-Guerre, qu’a-t-il vraiment dit ?), devançant ainsi les américains. Ce faisant, la France prend le risque d’attiser les nationalistes à Théhéran en renforçant les éléments les plus radicaux. Le risque d’une guerre est de plus en plus important :

  • Comme l’écrit Le Figaro, le « Lobby juif » et le lobby pro-israélien font le siège de la Maison Blanche et du Pentagone pour les convaincre d’intervenir.
  • Les Etats-Unis se sentent dans un état de faiblesse tel qu’ils ressentiront une obligation de frapper l’Iran pour restaurer leur crédibilité analyse François Heisbourg, président de la Fondation pour la recherche stratégique, France culture 19/8.
  • On observe mouvements de matériels militaires vers des bases qui pourraient intervenir en Iran.
  • Les avions français (Rafales et Mirages) déployés en Afghanistan pourrait supporter les Américains.

En conclusion, quand une majorité de pays suivaient les Etats-Unis en Irak, la France (sauf les va-t-en guerre tels que par exemple Nicolas Sarkozy et Bernard Kouchner) défendait sa différence en s’opposant à une guerre qui était condamnée à l’échec d’avance. Aujourd’hui, alors que tout le monde sait que la France avait raison et essaye de sortir (même les anglais) la France se converti à la guerre sous prétexte qu’il faudrait sauver le soldat Bush. C’est ça la rupture à la mode Sarkozy !