Alors que le document "Mon Projet" de Nicolas Sarkozy est distribué par millions sur les marchés, dans les boîtes aux lettres, sur Internet ce n'est pas le véritable projet du candidat. Certaines des mesures les plus impopulaires ni sont pas : bouclier fiscal, franchise en assurance santé et baisse des prélèvements obligatoires de 4%.

Peut-on élire un président qui intentionnellement ment au Français ?


Dans nos différents billets nous avions critiqués la politique fiscale de Nicolas Sarkozy car elle est anti-économique, anti-sociale et anti-capitaliste. Ces critiques venant de tous bords ont convaincu Nicolas Sarkozy de ne pas les mettre dans "Mon projet".

Comme le laissait penser les interventions des proches de Nicolas Sarkozy, cela ne signifie pas qu'il ait renoncé à ces mesures, il a uniquement souhaité ne pas communiquer dessus afin de ne pas faire peur aux électeurs. C'est de la désinformation intentionnelle même s'il a essayé d'expliquer qu'il ne pouvait pas tous mettre dans le document, Nicolas Sarkozy ment par omission ! Nicolas Sarkozy trompe les Français en toute connaissance de cause ! c'est inacceptable !

Revenons sur ces propositions :

  • Nicolas Sarkozy a promis d’alléger les prélèvements obligatoire de 4% en 10 ans soit quatre fois plus que Margaret Tatcher : promesse démagogique et irresponsable qui aggraverait les déficits publics, la dette et se traduirait par une remise en cause du pacte social Français dont par ailleurs il se dit le défenseur.
  • Nicolas Sarkozy veut créer un bouclier fiscal à 50 % intégrant la CSG et la CRDS, cette mesure profitera principalement au plus grosse fortune et au rentier qui ont un patrimoine non productif. Cela créera un impôt dégressif (le taux moyen d'impôt diminuant lorsque l'assiette augmente) et ce alors que la progressivité de l'impôt est l'un des progrès du 20ème siècle. Cette mesure est contradictoire avec la revalorisation de la valeur travail, ici c'est la valorisation de la valeur patrimoine, surtout quand il est improductif et donc sans valeur pour la société.
  • La création d'une franchise pour « que chacun se sente responsable du financement de notre système de santé », (ou plutôt de franchies puisqu'il en suggère quatre : « Les premiers euros annuels (de dépenses) sur les examens biologiques, les premiers euros annuels sur les médicaments, sur les visites à domicile et même sur l'hospitalisation » feraient l'objet d'un « compte annuel » et ne seraient pas remboursés par la Sécu.) est une hérésie car c'est contraire à une bonne politique de prévention, meilleur moyen pour réduire les dépenses, elle ne responsabilise pas car les vrais consommateurs sont largement au-dessus des franchises et ne modifieront pas pour cela leur comportement et elle pénalise les plus bas revenus. Anti-santé, anti-économique et anti-social.

A cette lecture on comprend pourquoi il ne s'en vante pas. Mais pourquoi n'y rennonce-t-il pas ? par sa politique est en faveur des plus favorisés ! Disons non et votons, nous électeurs de droite, pour un candidat qui respecte les valeurs de la France et qui défend vraiment le pacte social, Votons Bayrou.